Panamera S E-HYBRID 71 grammes de CO2 par km en Porsche

Panamera S E-HYBRID

Bienvenue dans l’univers Porsche. Cette Panamera S E-Hybrid en est bien une. Le design de la Panamera est aujourd’hui entré dans les mœurs, c’est celle d’une berline de luxe à l’allure sportive. Sa face avant remarquable et son long capot plongeant avertissent ceux qui la précèdent : voilà une Porsche. Sa ligne d’épaule haute et son becquet arrière mobile achèvent le tableau. Cette voiture allie résolument sportivité et classe.

A l’intérieur d’ailleurs, on garde cette impression de mix réussi. Les quatre sièges moulés sont atypiques dans ce segment de grand confort mais leur accueil sait se faire chaleureux. Chauffants et refroidissants, ces assisses montrent une grande maitrise de finition, comme tout l’habitacle d’ailleurs. Le tableau de bord et ses environs font penser au cockpit d’un avion. La philosophie aux multiples boutons de commande de Porsche est dans son écrin.

SILENCE ! ON ROULE

Alors que donne-t-elle, cette Porsche ? Clé de contact, à gauche du volant comme il se doit, et… rien ! L’écran s’anime. Une aiguille se positionne sur « Ready » en silence. Pas de bruit rauque d’un gros moteur. On est bien en présence d’une hybride.
Le parcours se fait silencieux et velouté. Le nouveau moteur électrique développe 95 chevaux, contre 47 chevaux pour la première génération de la Panamerahybride. Les batteries lithium-ion lui permettent une autonomie « théorique » de 36 kilomètres et même une escapade sur autoroute à 135 km/h maximum. Voilà de très belles prestations dignes d’un scooter électrique en ville. De quoi ne rien consommer du tout !

Mais la belle est une Porsche qui cache aussi un moteur V6 essence de 3 litres de cylindrée et de 333 chevaux. Ce qui donne une puissance totale de 416 chevaux en mode Sport, largement assez pour lustrer le blason de la maison en 5,5 secondes de 0 à 100 km/h ou en 270 km/h de vitesse de pointe. Les deux moteurs faisant passer toute leur puissance aux roues arrière.
En conduite plus douce, en mode « e-power », le V6 se coupe très souvent alors que la rotation des roues recharge les batteries. On se prend alors au jeu de la conduite hybride où l’on essaye de consommer le moins possible, de faire fonctionner au maximum l’électrique.

Porsche a même prévu un mode « e-chagre ». La Panamera avance alors grâce au V6 qui recharge en même temps les batteries. Surconsommationobligatoire de un litre. La voiture peut aussi être branchée sur secteur et rechargée complètement en quatre heures seulement.

MOINS DE TAXES « ATN »

Elégante et de standing, cette Porsche est raisonnable avec l’environnement. Pour une utilisation professionnelle, elle représente une réelle alternative, acceptable par rapport aux 4X4 énergivores et autres limousines de luxe. Il nous semble même que si le Cayenne était équipé de cette technologie S E Hybride, il pourrait emmener les entrepreneurs en bâtiments durables sur les chantiers sans choquer, étant entendu que la Panamera S E Hybride ne dispose ni d’une garde au sol ni d’un coffre suffisants pour chefs d’entreprise-bâtisseurs. Pour l’instant, Porsche Belgium ne confirme pas l’arrivée duCayenne S E-Hybride, mais ne dément pas non plus !

En tout cas, avec 71 grammes de CO2 au kilomètre, cette Panamera S E-hybrid en laisse plus d’un pantois, à commencer par l’état belge qui adoucit la valeur de sa taxe « Avantage Toute Nature » (ATN) à 3.895,51 euros. Ce qui est très peu pour un haut de gamme si l’on n’exagère pas trop sur les options.

Les plus :

Performances « Porsche »
Rejet CO2 (71 gr/km)
Silence en « e-power », en ville, etc.
Image et standing
Intérieur et finition
Les plus-ou-moins :

Poids
Taille du coffre faisant place aux batteries
Confort à l’arrière
Prix des options