Energies+ 2012 : un mariage réussi pour les économies d'énergie, le bâtiment durable et l'écomobilité

energies + construction

Ils l’annonçaient depuis plusieurs mois, l’édition 2012 du salon ENERGIES+ devait être un grand cru, tant en matière d’économies d’énergie, de bâtiment durable que d’écomobilité.
Ce pari n’était pas simple à relever en ces temps de crise où de nombreux salons coexistent. Aujourd’hui, les organisateurs, les exposants et les visiteurs peuvent affirmer que ce pari est réussi !


Ces 16, 17 et 18 novembre, ENERGIES+ a tenu ses promesses et confirme sa position de salon phare sur le marché du bâtiment durable. L’ajout d’un volet écomobilité n’est sans doute pas étranger à ce succès. En trois jours, plus de 25 000 visiteurs (62 % de particuliers et 38 % de professionnels du bâtiment : entrepreneurs, architectes, auditeurs ou certifi cateurs...) ont arpenté les allées des 3 palais du salon à la recherche d’échanges, de nouveaux produits et d’informations. Des nombreux échos reçus, ils ne sont pas restés sur leur faim !


Outre cette performance numérique, ENERGIES+ s’est distingué cette année par la qualité et la diversité des produits proposés. Si le particulier a pu trouver des informations "grand public", le professionnel n’est pas reparti déçu. D’une part, grâce à la qualité des conférences et d’autre part, grâce aux informations reçues ainsi qu’aux contacts pris sur les différents stands.

De nombreux exposants ont d’ailleurs souligné la qualité et la multitude d’échanges intéressants qui ont eu lieu lors de cette édition 2012. Jusqu’à trois fois plus que lors d’autres salons du même type.


Fort de sa réputation, ENERGIES+ fixe d’ores et déjà rendez-vous en 2013 (15-17 novembre) pour une nouvelle édition de haut niveau, foisonnante en qualités durables, techniques et constructives. ENERGIES+ ne peut que se réjouir du nombre de réservations déjà effectuées pour l’an prochain : plus de 50 % des exposants ont déjà retenu leur stand ; une marque de confiance renouvelée envers les organisateurs ! Sans compter que de nouvelles enseignes se pressent au portillon pour obtenir un emplacement en 2013.