Nouvel étiquetage ERP

ERPmatagneHody.jpg

Depuis de nombreuses années, la directive européenne ErP influence les étals des magasins et les rayons des fournisseurs via les labels énergétiques obligatoires. 
Après les lampes à incandescence et les circulateurs, d’autres produits jugés trop énergivores vont être condamnés à disparaître si leur label n’est pas bon. La rentrée 2015 s’annonce riche en rebondissements, pour le secteur du chauffage et de la production d’eau chaude sanitaire.

Une directive pour les 3x20 ?

La directive ErP (pour Energy-relate Products) tend, via un système de label, à supprimer dans le futur les produits qui induisent des consommations énergétiques importantes. À l’horizon 2020, elle vise des économies énergétiques par le biais de 3 axes :
Une diminution de 20 % de production des gaz à effet de serre
Une part de 20 % d‘énergies renouvelables pour la production
Une diminution de 20 % de consommation énergétique

Quels sont les produits visés ?



La directive ErP vise à favoriser une éco-conception pour différents produits dont le volume de ventes annuelles est d’au moins 200 000 unités au sein de l’Union européenne.


Il s’agit donc de produits, qui même s’ils ne provoquent qu’une petite économie à l’échelle locale, devraient induire un changement à l’échelle européenne : équipements ménagers électriques et électroniques, décodeurs, circulateurs, téléviseurs, chaudières, pompes à chaleurs… En résumé, tous les équipements techniques mis en œuvre dans nos constructions seront bientôt visés.

L’IEE, un nouveau label

L’IEE, un nouveau label À l’image des K, E et autre Espec bien connus dans le milieu de la PEB, l’Indice d’Efficacité Energétique des produits a été abrégé sous les initiales IEE. Une étiquette affichant l’IEE sera donc bientôt obligatoire sur les appareils exposés, mais également sur les publicités et sur tout support promotionnel.

Ce label donnera des indications quant aux performances de l’élément en question, mais également, dans la plupart des cas, quant au rendement d’un système global de production dans lequel cet élément serait mis en œuvre. Pour en faciliter la compréhension dans les différents pays de l'Union européenne, ce label ne contient pas de texte, mais est uniquement graphique.

À terme, le label, commun à tous les pays de l’Union européenne, pour le chauffage variera entre A+++ (vert) et G (rouge). Il sera fonction du rendement saisonnier du produit ou du système, c’est-à-dire ses performances sur une année de fonctionnement.

À partir du 26 septembre 2015, les chaudières, les pompes à chaleur, les systèmes de cogénération ou les systèmes mixtes qui produisent de chaleur au moyen d’électricité, de combustibles gazeux ou liquides, d’une puissance de moins de 70 kW devront répondre aux nouvelles exigences d’étiquetage énergétique et présenter un rendement saisonnier supérieur à 86 %.


Il en sera de même pour certains appareils de production d’eau chaude sanitaire. Les systèmes dont le rendement sera inférieur ne pourront plus être placés. Par la suite, à l’image des contraintes PEB, l’indice minimal va augmenter progressivement, supprimant les systèmes les moins performants. Tableau ci-dessous : exemple de classe énergétique en fonction de son rendement de production saisonnier.

Tableau valeurs ERP

Et si un produit ne répond pas à l’IEE ?
Tous les produits qui ne répondront pas aux performances définies par la directive ErP, ne pourront tout simplement plus être commercialisés. Les habitudes de construction et les techniques de chauffage actuelles vont donc subir des modifications importantes. D’autant que, dans la plupart des cas, ce n’est pas seulement le produit qui va devoir répondre à un degré de performance, mais bien les systèmes globaux de production mis en œuvre.

Ne négligez pas l’impact de ces exigences qui viennent se greffer à l’évolution constante des normes PEB, sans les remplacer pour autant. Lorsqu’un choix devra être effectué, le rôle de conseil de votre chauffagiste, de votre conseil technique ou de votre responsable PEB va s’en trouver accru. En effet, ce nouvel étiquetage ne rendra pas le choix limpide pour autant: ce n’est pas parce qu’un produit aura un meilleur label qu’il conviendra automatiquement à la construction concernée et à vos besoins ni qu'il sera plus économe à l'utilisation, car le prix des combustibles n'est pas pris en compte lors de cette labellisation.

-
-JE SOUHAITE RECEVOIR DE L'INFO SUR CETTE THEMATIQUE