Modifier un terrain en évitant que votre projet ne prenne l’eau !

terrain

Lors de travaux de constructions ou de rénovations importantes, des modifications du relief du sol sont souvent envisagées.

Dans la pratique, ces aménagements sont fréquemment laissés sur le banc de touche par manque de budget ou parce qu’on verra bien par la suite… Et pourtant, ceux-ci ne peuvent pas être réalisés sans une réflexion globale : ils auront une influence sur d’autres travaux et ils ne seront pas sans conséquences sur la pérennité de votre bien.

L’impact sur le niveau du terrain
Vous ne pouvez pas modifier les niveaux du terrain en périphérie de la construction sans un minimum de précaution : selon la hauteur des modifications envisagées, il sera parfois nécessaire d’introduire un permis. En Wallonie, le CoDT considère que la modification du relief est sensible et nécessite un permis si le volume de terre déplacée est supérieur à 40 m3 ou si la différence de hauteur envisagée est supérieure à 50 cm avec un volume de terre modifié supérieur à 5 m3, ou encore si elle est située à moins de 2 mètres de la mitoyenneté.

En cas de nécessité de demande de permis, autant la grouper avec la demande de permis concernant le bâtiment.

L’impact sur l’égouttage
Il n’est pas rare qu’une fois modifié, le terrain autour du bien soit plat ou en pente vers la construction concernée par les travaux. Dans ces deux configurations, des avaloirs ponctuels ou linéaires de reprise des eaux seront nécessaires. Le raccordement de ceux-ci sur le système d’égouttage est à prévoir au début des travaux de gros-œuvre. Une fois le bâtiment terminé, ce sera trop tard.

Prévoyez ces égouttages dans la globalité des travaux, même si vous ne les réalisez que par la suite, afin de conserver une possibilité de les poser. Et ne tardez pas trop, la météo est parfois capricieuse, même en été. Mieux vaut éviter les inondations.

Une mise en œuvre adéquate
En cas de travaux de déblais et de remblais, un certain nombre de précautions doit être respecté. Les principales consistant à ne pas remblayer à la terre de déblais, mais au sable ou au sable stabilisé. Si pour des raisons économiques, vous devez cependant remblayer avec des terres de chantier, veillez à ce qu’elle soit compactée par couche de 30 cm maximum afin d’éviter un tassement par la suite et attendez au moins 6 mois avant de réaliser les abords.

Pour toutes ces raisons, la détermination du niveau des aménagements extérieurs ne peut se faire une fois la construction terminée. Ce niveau doit être anticipé avant ou conjointement aux travaux de gros-œuvre. Ne perdez pas ce point de vue !

-
-JE SOUHAITE RECEVOIR DE L'INFO SUR CETTE THEMATIQUE